aumônier


aumônier

aumônier [ omonje ] n. m.
aumosnier 1174; almosnier « personne qui reçoit l'aumône » 1080; de aumône
1Anciennt Ecclésiastique qui desservait la chapelle d'un grand, d'un prélat. chapelain. Grand aumônier de France, titre du premier aumônier de la cour des rois de France.
2Mod. Ecclésiastique chargé de l'instruction religieuse, de la direction spirituelle dans un établissement, un corps. L'aumônier du lycée, du régiment. ministre (du culte).

aumônier nom masculin (latin ecclésiastique elemosynarius, qui fait l'aumône) Ministre d'un culte attaché à un corps ou à un établissement pour y assurer le service religieux et l'instruction religieuse (communauté religieuse, lycée, collège, armée, prison, etc.). ● aumônier (expressions) nom masculin (latin ecclésiastique elemosynarius, qui fait l'aumône) Aumônier du testateur, exécuteur testamentaire, au Moyen Âge. Grand aumônier de France, titre que porta à partir de 1543 l'officier de la maison du roi de France qui était chargé de la direction de la chapelle royale et des cérémonies religieuses à la cour. ● aumônier (synonymes) nom masculin (latin ecclésiastique elemosynarius, qui fait l'aumône) Ministre d'un culte attaché à un corps ou à un...
Synonymes :

aumônier
n. m. Ecclésiastique qui exerce son ministère auprès d'une collectivité donnée. Aumônier militaire. Aumônier d'un lycée.

I.
⇒AUMÔNIER, ÈRE1, adj.
A.— Vx ou littér. [En parlant d'une pers., d'une collectivité, d'un caractère] Qui donne souvent et volontiers aux pauvres, aux bonnes œuvres. Être aumônier :
1. On est aumônier à Genève, mais on est méchant. On donne des écus, mais on s'entend à faire couler les larmes, à blesser, à froisser, ...
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 449.
P. métaph. :
2. Elle [la terre] si mendiante et toi [mer!] trop aumônière,
Grâce à tes charités son triomphe est certain.
J. RICHEPIN, La Mer, 1886, p. 353.
B.— Rare. [En parlant des caractéristiques d'une pers.] Qui appartient à une personne donnant souvent et volontiers aux pauvres. Avoir une nature aumônière :
3. Il faut que j'aie la mine bien aumônière pour qu'on me demande ainsi la charité dans l'état de maigreur où est ma bourse.
HUGO, Notre-Dame de Paris, 1882, p. 95.
II.
⇒AUMÔNIER, ÈRE2, subst.
I.— Subst. masc. Aumônier.
A.— RELIG. et HIST.
1. Vx. Ecclésiastique attaché à la maison d'un grand personnage, chargé de distribuer les aumônes de celui-ci et d'assurer le service religieux de sa chapelle. Aumônier d'un évêque; aumônier ordinaire du roi :
1. On a conservé même un ordre de lui [le duc de Bourgogne] à son trésorier, de donner à l'aumônier une somme suffisante, afin que tous les pauvres qui chaque jour se présentaient à la porte de son hôtel, pour manger les restes de sa table, reçussent quelque argent lorsque ces restes étaient insuffisans.
BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 1, 1821-24, p. 123.
Grand aumônier de France. Prélat le plus important de la maison du roi ou de l'empereur, généralement de haute naissance, ayant de nombreux pouvoirs et privilèges.
Rem. Attesté ds tous les dict. gén. du XIXe et du XXe siècle.
2. Auj. Ministre des cultes catholique, protestant ou israélite, attaché à un groupe plus ou moins important de personnes, chargé de dispenser un enseignement religieux et d'assurer le service divin ou le culte. Aumônier d'un collège, d'un hôpital, d'un régiment :
2. Une poignée de main et une tape sur l'épaule du Directeur me rendirent un peu, néanmoins, de courage, — et, une heure ou deux après cette scène, ne voilà-t-il pas que je me pris à dire à mon « sergent » de prier monsieur l'Aumônier de courir me parler.
VERLAINE, Mes prisons, 1893, p. 400.
Aumônier du travail. Membre d'une congrégation belge qui dirige des écoles techniques et s'occupe de nombreuses œuvres sociales (cf. Lar. encyclop.).
B.— Arg. Sorte de voleur pratiquant son art chez les bijoutiers :
3. Les aumôniers [détournant un bijou, le font tomber, et un faux mendiant le ramasse en même temps que l'aumône que lui jette le détourneur.]
Dict. de l'arg. ou la lang. des voleurs dévoilée, 1847, p. 37.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe siècle.
II.— Rare., subst. fém. Aumônière.
A.— Femme qui fait des œuvres de charité ou qui est chargée de récolter des aumônes :
4. Hélas! Les monumens fondés par la royale aumônière ont tous péri; le peuple l'a oubliée en même temps que la foi de ses pères; ...
MONTALEMBERT, Hist. de ste Élisabeth de Hongrie, 1836, p. 110.
B.— HIST. RELIG. Religieuse ou chanoinesse qui avait pour tâche de distribuer les aumônes que son couvent ou son chapitre destinait aux pauvres.
PRONONC. ET ORTH. :[omonje] ou [-], fém. [-]. Pour la prononc. [-], cf. infra la rem. de GRAMM. DUB. transcrit uniquement [o] fermé; Pt ROB. donne les deux possibilités de prononc. (à ce sujet cf. aumône et augmenter). PASSY 1914 note [] fermé mi-long à la 1re syll. et [] ouvert à la 2e; BARBEAU-RODHE 1930 transcrit également [o] fermé à la 1re (sans durée), mais admet [] fermé mi-long ou [] ouvert à la 2e. Pour l'hésitation à la 2e syll. entre [o] et [], cf. aumône. GRAMM. Prononc. 1958, p. 23, écrit que ,,le dérivé aumônier reproduit toutes les prononciations du simple [c.-à-d. aumône], si ce n'est que ses deux o sont toujours brefs; mais [que] la prononciation la plus fréquente est ómònyé, avec le premier o fermé et le second ouvert``. FÉR. Crit. t. 1 1787 note la 2e syll. longue (cf. LAND. 1834, GATTEL 1841, NOD. 1844 et LITTRÉ). À comparer avec FÉR. 1768 qui signale que la 2e syll. est brève et qui écrit aumonier sans accent circonflexe. Les dict. hist. notent tous [o] fermé à la 1re syll.; celle-ci est marquée d'une durée ds LAND. 1834, NOD. 1844, FÉL. 1851 et LITTRÉ.
ÉTYMOL. ET HIST.
A.— Adj. masc. 1155 « qui fait souvent l'aumône » (WACE, S. Nicholay, 200 ds GDF. Compl. : Chastes esteit, almonerz); 1160 adj. fém. « id. » (BENOIT, Troie, Ars. 3314, f° 34c, ibid. : Saige dame et almoniere). Aux deux genres, qualifié de ,,vieilli`` dep. Ac. 1835.
B.— Subst. 1. XIe s. « celui qui reçoit l'aumône » (Alexis, st 25b, G. Paris ds GDF. : Danz Alexis en lodet Deu del ciel D'icez sons sers cui il est almosniers. Il fut lor sire, or est lor provendiers) 2. 1174 « ecclésiastique chargé de distribuer les aumônes des pers. auxquelles il est attaché » (G. DE PONT-STE-MAXENCE, Vie de st Thomas Becket, éd. E. Walberg 2226 : Apela li reis frere Franc l'aumosnier); 3. 1606 (NICOT : Aumosnier. Signifie cet officier des Princes et grands Seigneurs, seculiers ou Ecclesiastiques, lequel anciennement estoit seulement destiné à distribuer leurs aumosnes, mais depuis leur sert-il aussi de chappelain).
Du lat. chrét. eleemosynarius, elemosynarius adj. « qui fait l'aumône » (Ps. Aug., Serm., 10, 4 ds TLL s.v., 351, 80); subst. VIe s. « celui qui fait l'aumône » (ST CESAIRE D'ARLES, Serm., p. 341, 9 ds BLAISE); « dignitaire dans une abbaye, chargé de la distribution des aumônes » (ann. 1067, Bertrand, Cart. d'Angers, I, n° 7, p. 16, ds NIERM) et « pauvre qui reçoit l'aumône » (Actes Phil. Ier n° 126, p. 329, ibid.) sur a- initial v. aumônière.
STAT. — Fréq. abs. littér. :387. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 553, b) 269; XXe s. : a) 480, b) 740.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BLANCHE 1857. — BOUILLET 1859. — ESN. 1966. — Foi t. 1 1968. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 390. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 63. — LARCH. 1880. — LA RUE 1954. — LEP. 1948. — MARCEL 1938. — Mét. 1955. — PISSOT 1803. — ST-EDME t. 2 1825. — WILL. 1831.

1. aumônier [omonje] n. m.
ÉTYM. 1174, aumosnier; almosnier « personne qui reçoit l'aumône », XIe; lat. chrét. elemosynarius, de elemosyna. → Aumône.
1 Anciennt. a Personne chargée de la distribution des aumônes. Élémosinaire.REM. On trouve parfois le fém. aumônière en ce sens.
b Ecclésiastique qui desservait la chapelle d'un grand, d'un prélat. Chapelain.
1 Le prudent Gilotin, son aumônier fidèle (…)
Boileau, le Lutrin, I.
Grand aumônier de France : premier aumônier de la cour des rois de France.
2 Mod. Ecclésiastique chargé de l'instruction religieuse, de la direction spirituelle dans un établissement, un corps. || Aumônier militaire (→ Bonnet, cit. 2.1). || L'aumônier du lycée, du régiment. Ministre (du culte).
2 Lorsqu'on croyait encore à quelque chose, on aimait à voir un aumônier dans une tente ouverte, près d'un champ de bataille, célébrer une messe des morts sur un autel formé de tambours.
Chateaubriand, le Génie du christianisme, IV, I, XI.
DÉR. Aumônerie. — V. aussi 2. Aumônier.
HOM. 2. Aumônier.
————————
2. aumônier, ière [omonje, jɛʀ] adj.
ÉTYM. 1155; de aumône ou de 1. aumônier.
Vx. Qui fait volontiers l'aumône. Aumônieux (vx), charitable, libéral (Littér.).
1 (…) elle se montra toujours fort aumônière et même dans certaines occasions, auprès de grands malades, très capable de payer de sa personne.
F. Mauriac, la Pharisienne, p. 164.
2 (…) la réputation d'un homme libéral, aumônier, généreux, ne vaut pas même à l'instant où il en jouit le mieux, le plus léger plaisir des sens.
Sade, Justine…, t. I, p. 22.
HOM. (Du masc.) 1. Aumônier. — (Du fém.) Aumônière, n.V. aussi 1. Aumônier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aumonier — AUMONIER, ÈRE. adj. Qui fait souvent l aumône aux pauvres. Dieu lui fera miséricorde, car il est grand aumônier. Cette Dame est fort aumônière. Saint Jean l Aumônier.Aumônier. s. mas. Ecclésiastique, dont la fonction ordinaire est de distribuer… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Aumonier — Aumônier Voir « aumônier » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • Aumonier — (fr., spr. Omonieh), so v.w. Almosenirer …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Aumonier — (franz., spr. omonjē), soviel wie Almosenier (s. d.) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Aumonier — Aumonier, s. Almosenier …   Herders Conversations-Lexikon

  • Aumônier —   [omo nje, französisch] der, s/ s, Almosenier …   Universal-Lexikon

  • AUMÔNIER — s. m. Ecclésiastique dont la fonction ordinaire est de distribuer les aumônes de ceux à qui il est attaché, de leur dire la messe, de faire la prière du soir et du matin, etc. Grand aumônier de France. Premier aumônier du roi. Aumônier ordinaire… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AUMÔNIER — n. m. Ecclésiastique dont la fonction ordinaire était de distribuer les aumônes de ceux à qui il était attaché, de leur dire la messe, de faire la prière du soir et du matin, etc. Grand aumônier de France. Premier aumônier du roi. Aumônier… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • aumônier — (entrée créée par le supplément) AUMONIÈRE. Ajoutez :AUMONIÈRE. Ajoutez : 1°   Sorte de ruche. La Culture des abeilles avec l aumonière, ruche à cadres et greniers mobiles, petit traité spécial, Catal. de la Libr. agric. de Dusacq. aumônier, ière …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Aumônier — Almosenier (auch Almosener oder Almosner, lateinisch eleemosynarius, französisch aumônier, englisch almoner, italienisch elemosiniere, elemosiniero, spanisch limosnario, limosnero) ist die Bezeichnung eines weltlichen oder kirchlichen Amtsträgers …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.